La passion de l'astronomie !

Imagerie à haute résolution

Fil de navigation

Réalisée en fonte d'aluminium, c'est vraiment solide, très solide... mais il faut bien ça pour supporter la masse de ce Dobson T400, vraiment très lourd ! 

Le T400 sur sa table

Le T400 sur sa table

La commande a été passée directement aux Etats-Unis : c'est Tom Osypowski lui-même qui répond aux courriers et s'occupe de réaliser la table (prévoir les frais de transport, élevés pour un colis aussi lourd, ainsi que les frais de douane... inévitable du fait du moyen de transport utilisé).

La table arrive après environ 4/5 semaines (à partir du moment où l’acompte a été encaissé et lorsque certaines dimensions importantes, qui permettent de dimensionner la table correctement, lui ont été communiquées : latitude du lieu d'observation, masse du Dobson, dimension du pivot jouant le rôle d'axe de rotation selon l'horizontale et enfin distance entre la base du rocker et l'axe matérialisé par les tourillons - mouvement en altitude).   

Le matériel arrive dans un colis impeccable, renforcé, qui permet d'être à peu près certain de récupérer le tout en bon état, malgré le long voyage et la masse à acheminer (la partie mobile est solidarisée, pour le transport, avec la partie inférieure à l'aide de deux grandes vis). Ce dernier contient bien évidemment la table, une notice permettant de savoir faire fonctionner le tout (essentiellement pour gérer la motorisation), la raquette de commande (sommaire, 4 directions, connecteur compatible ST4)...

Raquette de commande

Raquette de commande

et même des clefs plates (en acier chrome-vanadium !) pour serrer les quelques écrous nécessaires à la mise en œuvre de la table (en fait elle est opérationnelle, après déballage, après une petite poignée de minutes).

Les dimensions du secteur circulaire autorisent une autonomie d'environ 80 minutes, soit 10 degrés de part et d'autre de l'axe de rotation.

Table Tom O, vue de face

Table Tom O, vue de face

 Table Tom O, vue de face... encore

Table Tom O, vue de face... encore !

La table est réglée à la latitude du lieu de l'observateur (comme signalé plus haut, cela est fait au moment de sa construction) avec une plage d'utilisation de plus ou moins 6 degrés. Si l'utilisateur demande un réglage en latitude à 47° sa table équatoriale sera opérationnelle de 41° à 53° en jouant sur la hauteur des cales. 

En fin de course du suivi (en mode sidéral ou en mode lunaire), la table peut être repositionnée en position de départ en quelques secondes grâce à une poignée située sur l'un des côtés.  

To be continued....